Halte à la folie des grandeurs !

De nombreux Scéens nous ont fait part de leurs inquiétudes sur le devenir du centre de Sceaux et plus généralement de notre ville.

 

Voici leurs principales inquiétudes : nous les partageons !

 

Le gouffre financier de la maison de retraite Renaudin : un scandale !

 

6 Millions d’Euros, soit 1/3 du budget total du projet, sont accordés aux cabinets de conseil, alors que dans la ville voisine du Plessis, un projet en tout point comparable a engagé sur ce même poste une enveloppe de seulement 1.1 Million d’Euros. Les Scéens ne voient pas où se trouve l’intérêt général dans cette affaire.

 

Quelle somme !

 

La place de Gaulle transformée en « zone » d’immeubles et de commerces : une mégalomanie de plus !

 

Ce projet saccage l’entrée de la partie piétonne de notre ville ; c'est impardonnable pour nombre de Scéens, qu'ils résident ou non dans le Centre de Sceaux.

 

La plupart craignent aussi que cette zone attire nombre de gens qui remettront en cause la tranquillité de notre ville, la faisant passée d’une ambiance de village à une ambiance à la « Vélizy ».

 

Par ailleurs, la subvention que le maire souhaite faire attribuer aux commerces qui s’installeraient inquiètent les Scéens. La ville serait propriétaire des murs et accorderait des loyers modérés aux commerces.

 

Tous relèvent que la municipalité a déjà beaucoup de mal à équilibrer le budget de la commune et à gérer l’énorme dette qu’elle a contractée au nom des Scéens.

 

Dans ces conditions, pourquoi engager la ville sur des achats immobiliers et l’exposer aux énormes aléas de ce marché.

 

Subventionner des commerces est-il dans le rôle d’une ville comme Sceaux ?

 

Les nouvelles règles d’urbanisme (PLU) : le caractère villageois de Sceaux va disparaître

 

Des immeubles vont s’élever quasiment sans contrainte, densifier le paysage urbain. Les zones pavillonnaires vont finir par disparaître.

 

Les Scéens s’inquiètent de la dépréciation que cela va induire sur la valeur de leur patrimoine immobilier dans la plupart des quartiers et particulièrement dans le centre.

 

 

La pression fiscale chasse la classe moyenne et les plus âgés : l’équilibre social de la ville est remis en cause !

 

Beaucoup de nos anciens, qui ont acquis un pavillon dans les années 60 et 70, pensent désormais à quitter Sceaux, car les impôts y sont devenus trop élevés et leur retraite ne leur permet plus d’en assumer la charge.

 

Les classes moyennes subissent une pression fiscale qu’ils ne veulent plus assumer, surtout quand leurs impôts servent à financer des projets pharaoniques que Sceaux n’a pas les moyens d'assumer.

 

Les échanges intergénérationnels et la mixité sociale font pourtant partie du cadre de vie et du plaisir de vivre ensemble ; cet équilibre est aujourd’hui menacé.

Réseaux sociaux


Si notre projet vous intéresse, n'hésitez pas à nous le faire savoir, soit en nous contactant à l'adresse suivante :

 

contact@citoyensethumanistes.fr

 

soit en vous inscrivant à la lettre d'information (Newsletter) en renseignant votre adresse e-mail.