La destruction du pavillon Voltaire est impardonnable

Cette demeure dénommée « Pavillon Voltaire » était d’un bel ordonnancement classique, d’une grande sobriété et avait gardé son intégrité originelle ; elle était localisée à l’une des entrées de la ville, face à la maison Cauchy et à sa chapelle également du XVIIIème siècle.

 

Elle bordait le quartier ancien de Sceaux et faisait suite à un ensemble de maisons très anciennes datant d’avant la Révolution Française.

 

Cette demeure était représentative du style des Thébaïdes, très caractéristiques des nobles familles de Sceaux où se réunissaient les grands esprits de l’époque.

 

La philosophie sous-jacente imposait que cette architecture soit sobre et fonctionnelle, conçue pour l’accueil sans ostentation des grands esprits de l’époque.

 

C’est d’ailleurs cette sobriété, doublée d’une grande compassion pour les familles pauvres de la ville, qui a permis aux familles nobles et bourgeoises Scéennes de traverser  la période de la révolution sans avoir à subir de grands dommages ni de grandes destructions.

 

Cette thébaïde appartenait à la famille Olivier de Corancez dont Guillaume Olivier (1734-1810), homme de lettres, ami de Jean-Jacques Rousseau et de Voltaire, fut un des fondateurs du Journal de Paris en 1777, premier quotidien français à publier le lendemain les nouvelles du jour. Cette maison, alors maison de campagne, a accueilli en ses murs de nombreux philosophes, hommes de lettres et scientifiques illustres tels que les célèbres mathématiciens Augustin Cauchy (1789-1857) et Joseph-Louis Lagrange (1736-1813) ainsi que l’astronome Pierre Laplace (1749-1827), et de  grands écrivains du siècle des lumières comme Voltaire (1694-1778) ou Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), etc…

 

A la fin du XIXème siècle, Maître Renaudin, notaire à Sceaux, fit restaurer cette demeure et construisit un bâtiment annexe pour constituer la maison de retraite Marguerite Renaudin dont il fit don à la ville.

 

Les Scéens étaient très attachés à cet ensemble qui a marqué l’histoire de ce quartier au centre de Sceaux.

 

En ordonnant la destruction du pavillon Voltaire, le maire de Sceaux a bafoué notre héritage.

Réseaux sociaux


Si notre projet vous intéresse, n'hésitez pas à nous le faire savoir, soit en nous contactant à l'adresse suivante :

 

contact@citoyensethumanistes.fr

 

soit en vous inscrivant à la lettre d'information (Newsletter) en renseignant votre adresse e-mail.