Nelson Mandela (1918-2013)

Il n'y a pas d'autre exemple dans l'histoire où une minorité oppressée a pris le pouvoir sans bain de sang.

 

C'est parce que Mandela a été capable de le faire que nous voyons en lui un modèle qui résonne dans le monde et doit encore résonner.

 

Madiba, comme le nomme affectueusement les sud-africains, a publié "Un long chemin vers la liberté", après sa sortie de prison intervenue en février 1990 après 27 ans d'enfermement, notamment à Robben Island..

Le président Obama à Robben Island
Le président Obama à Robben Island

Nelson Rolihlahla Mandela, dont le nom du clan tribal est « Madiba », né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d'Afrique du Sud) est un homme d'État sud-africain ; il a été l'un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d'apartheid avant de devenir président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l'histoire du pays.

 

Il a adhéré dès sa première année d'université à la doctrine de non-violence de Gandhi.

 

Après vingt-sept années d'emprisonnement dans des conditions très dures, Mandela est relâché le 11 février 1990, et soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime d'apartheid et jeté les bases d'une nouvelle Afrique du Sud démocratique.

 

Nelson Mandela adhère à l'éthique et la philosophie humaniste africaine d'Ubuntu, avec laquelle il a été élevé. Ce mot des langues bantoues non traduisibles directement, exprime la conscience du rapport entre l'individu et la communauté et est souvent résumé par Mandela avec le proverbe zoulou « qu'un individu est un individu à cause des autres individus » ou comme défini par Desmond Tutu, « mon humanité est inextricablement liée à ce qu'est la vôtre ». Cette notion de fraternité implique compassion et ouverture d'esprit et s'oppose au narcissisme et à l'individualisme.

 

Mandela explique lui-même cet idéal Ubuntu : « Respect. Serviabilité. Partage. Communauté. Générosité. Confiance. Désintéressement. Un mot peut avoir tant de significations. C'est tout cela l'esprit d'Ubuntu. La question est donc, est-ce que tu vas faire cela de façon à développer la communauté autour de toi et permettre de l'améliorer ? Ce sont les choses importantes dans la vie. Et si on peut faire cela, tu as fait quelque chose de très important qui sera apprécié. »

 

Ubuntu est considéré par Nelson Mandela comme la philosophie d'aider les autres mais aussi de voir le meilleur en eux, principe qu'il applique tout au long de sa vie : « les gens sont des êtres humains, produits par la société dans laquelle ils vivent. Vous encouragez les gens en voyant ce qui est bon en eux ».

 

Mandela compare l'injustice de la pauvreté et des inégalités à l'apartheid : « La pauvreté massive et les inégalités obscènes sont des fléaux de notre époque qui ont leur place à côté de l'esclavage et de l'apartheid.»

 

Lors d'un discours pour la réception du prix Ambassadeur de la conscience remis par Amnesty International, Nelson Mandela déclare que « vaincre la pauvreté n'est pas un geste de charité. C'est un acte de justice ». En 2000, pour le dixième anniversaire de sa libération, il mentionne encore que « personne ne pourra se reposer en paix tant que des gens seront courbés par le poids de la faim, des maladies, du manque d'éducation, et tant que des millions d'autres personnes à travers le monde vivront dans l'insécurité et la crainte quotidienne ».

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nelson_Mandela

 

Réseaux sociaux


Si notre projet vous intéresse, n'hésitez pas à nous le faire savoir, soit en nous contactant à l'adresse suivante :

 

contact@citoyensethumanistes.fr

 

soit en vous inscrivant à la lettre d'information (Newsletter) en renseignant votre adresse e-mail.